Que faire en cas de piqûre de tique.

Publié le par Garcin Olivier

Que faire en cas de piqûre de tique.

Cela peut paraitre étonnant de faire un article sur les tiques, mais mon fils de 5 ans a été piqué par une tique après une balade en montagne. Heureusement, nous nous en sommes rendu-compte le jour même et avons pu l'enlever rapidement. Nous avons retiré la tique dans la précipitation et sans trop réfléchir aux conséquences. La façon de l'enlever joue pourtant un rôle important dans la propagation de la maladie dite de "Lyme". Je vous fais donc part des recommandations d'un service hospitalier.

D’abord, d’où ça vient?

La tique est un parasite des animaux des bois (biche, rongeurs, hérisson…). Elle pullule dans les fougères, les hautes herbes, les feuillages bas des arbres avant de se laisser tomber sur une autre proie.

Piqûres de tiques et borréliose de Lyme

L’incidence de la maladie de Lyme en France est difficile à préciser et a été estimée à 6/100.000 habitants mais ce chiffre est probablement sous-estimé. Il existe des disparités régionales. Cependant, l'ensemble du territoire français est touché par la maladie à l'exception du pourtour méditerranéen et des régions montagneuses (> 1500 mètres). Les vecteurs en Europe sont des tiques du genre Ixodes ricinus (tiques adultes et nymphes) présentes dans les milieux humides et boisés, mais aussi dans les prairies et même parfois les parcs en zones urbanisées. Ces tiques prédominent d’avril à octobre et peuvent aussi transmettre d’autres maladies beaucoup plus rares comme l’encéphalite à tique, l’anaplasmose…

Prévention primaire de la maladie de Lyme.

La meilleure prévention primaire actuelle consiste à se protéger contre les piqûres de tiques lors d'une promenade en forêt :

- port de vêtements longs et fermés, de couleur claire (pour repérer plus facilement les tiques) et port d’un chapeau

- examen soigneux de tout le corps et du cuir chevelu après la promenade pour repérer et retirer précocement toute tique.

- usage d'un répulsif de synthèse (à base de DEET ou d’IRS35/35) pour les parties découvertes mais ces répulsifs sont pour certains contre-indiqués chez la femme enceinte et/ou le petit enfant (< 30 mois) et leur efficacité n’est pas formellement démontrée contre les tiques.

Prévention secondaire : retrait précoce de la tique

L’application préalable d'éther, de pétrole ou d'un autre produit chimique provoquerait la régurgitation de la tique et la libération de Borrelia et doit donc être proscrite. Vérifier la vaccination antitétanique.

A l'aide d'une pince fine (pince à épiler) ou d’un tire-tique, agripper la tique le plus près possible de la peau et tirer doucement mais fermement (certains dise dans le sens inverse des aiguille d’une montre).

Un antiseptique est ensuite appliqué sur la zone et une surveillance locale attentive est menée pendant 30 jours afin de détecter l'apparition d'un érythème migrant (EM) qui sera alors traité.

La présence d'une petite zone d'érythème autour de la piqûre immédiatement ou dans les 24 premières heures après la morsure est le résultat d'une réaction aux composés salivaires de la tique et ne doit pas être confondue avec un érythème migrant (EM). La durée minimale d'incubation de l'EM est de 3 jours. Si une partie du rostre de la tique n'a pu être extirpée, il ne faut pas chercher à compléter l'extraction. Un petit granulome peut dans ce cas persister pendant plusieurs semaines et ne correspond pas à un EM. L'érythème migrant apparaît 3 à 30 jours après la piqûre de tique infectante.

En résumé :

En forêt, il est donc indispensable d’adopter des vêtements couvrants et de ne pas s’asseoir dans l’herbe pour éviter la morsure des tiques.

Au retour, il convient de bien s’examiner sur tout le corps (dans les plis et le cuir chevelu) et être attentif à son état général dans les semaines qui suivent.

En cas de découverte d’une ou plusieurs tiques, les retirer au plus vite avec des pinces fines ou, mieux, un tire-tique (vendu en pharmacie), afin d’éviter que la tête de la tique ne reste dans la peau.

Et, contrairement à une idée reçue, ne pas se servir d’éther ou d’alcool car ils peuvent constituer un stress, incitant alors la tique… à mordre davantage ou à régurgiter davantage de salive potentiellement infectée !

Publié dans Prévention

Commenter cet article